Justice: le regret du «Madoff belge» n’émeut pas

Stéphane Bleus a reconnu «
sa culpabilité
» devant le tribunal.
Stéphane Bleus a reconnu « sa culpabilité » devant le tribunal. - DR.

Les yeux rivés sur le bout de ses chaussures, mais la voix assurée, celui que l’on surnomme le « Madoff belge » a voulu faire montre de pénitence, jeudi, devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Stéphane Bleus a gagné ce surnom vu l’escroquerie qui lui est reprochée : une pyramide de Ponzi.

Comme le financier américain déchu Bernard Madoff – quoique dans une moindre mesure –, Stéphane Bleus et son ex-associé également prévenu, Xavier Barnich, ont mis sur pied cette arnaque vieille comme l’économie de marché. Les « clients » sont invités à investir leurs économies dans des produits financiers dont on vante les rendements extraordinaires. Or, les sommes ne sont pas investies ; c’est l’argent entrant grâce aux nouveaux investisseurs qui sert à payer les plus anciens. Le montage tient la route tant que personne ne se retire ou ne découvre le pot aux roses. Pour le duo Bleus-Barnich, le château de carte s’effondre début 2014. Au moins 10 millions d’euros se sont déjà évaporés.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct