Tour d’Espagne: Jasper Philipsen, style «flandrien»

Quatre ans après Van Genechten, Philipsen gagne à Sanabria.
Quatre ans après Van Genechten, Philipsen gagne à Sanabria. - AFP

On lui prédit un destin à la Boonen, dont il partage les racines campinoises, une post-formation dans une équipe américaine (l’Axeon d’Axel Merckx alors que Tom avait débuté chez US Postal), un goût affirmé pour les épreuves flandriennes et une pointe de vitesse redoutable. Jasper Philipsen sourit lorsqu’on lui détaille ce genre de parallélisme, parce que Boonen est son idole, celui qui lui a donné envie d’enfourcher un vélo alors qu’il était haut comme trois pommes.

Mais ce jeudi à Puebla de Sanabria (là où le Hennuyer Jonas Van Genechten s’était imposé il y a quatre ans déjà), le bonheur qui irradiait son visage rougi par les frimas de l’automne était encore plus profond. « Je suis très fier, vous n’imaginez pas ce que ce succès représente pour moi… », bredouillait-il dans un sanglot, alors qu’il faisait voler en éclats la distanciation sociale lors des embrassades au cœur de son équipe.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct