Vendée Globe, le tour du monde des extrêmes

Grâce aux « foils », ces « ailes d’avion » déployées de part et d’autre des bateaux (ici Jérémie Beyou, l’un des favoris de l’épreuve) pour en assurer la stabilité et les faire... décoller, les images de ce Vendée Globe s’annoncent très spectaculaires.  Les moyennes atteintes également !
Grâce aux « foils », ces « ailes d’avion » déployées de part et d’autre des bateaux (ici Jérémie Beyou, l’un des favoris de l’épreuve) pour en assurer la stabilité et les faire... décoller, les images de ce Vendée Globe s’annoncent très spectaculaires. Les moyennes atteintes également ! - d.r.

On l’appelle l’« Everest des mers ». Mais comme le fait remarquer Samantha Davies, l’une des six navigatrices qui seront au départ du Vendée Globe dimanche aux Sables d’Olonne, « combien de milliers sont-ils à avoir déjà escaladé cette montagne mythique de l’Himalaya ? » L’an dernier, 885 en ont atteint le sommet, répond la statistique. Et quelques milliers d’autres l’ont approché sans y arriver. Dimanche, sur le coup de 13h02, ils seront 33 (un record) à partir à l’assaut de cette course au large mythique : un tour du monde sans escale et sans assistance que seuls avant eux, 167 marins ont affronté, et 89 seulement ont bouclé, au fil des huit premières éditions de cette épreuve née en 1989.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct