Tour d’Espagne: Primoz Roglic ne tendra pas l’autre joue

Tour d’Espagne: Primoz Roglic ne tendra pas l’autre joue
AFP

La déclinaison automnale de la Vuelta 2020 ne signifie pour autant pas que la course a manqué de lumière, le crépuscule auquel le peloton a cherché à échapper, en ces premiers souffles de novembre, n’a pas éteint le scénario d’une épreuve aussi indécise que le furent le Tour de France puis le Giro, dans une programmation incroyablement dense et anachronique imposée par la pandémie. La finale du 75e Tour d’Espagne est prévue ce samedi, sur les routes escarpées et sans doute humides de Castille-et-Léon, au fil des 179 kilomètres tourmentés que Fernando Escartin, le directeur de l’épreuve, a dessinés comme pour lui.

« Les prétendants à la victoire finale devront tout donner sur les pentes sauvages de l’Alto de la Covatilla mais avant cela, il y aura de l’espace pour l’offensive par anticipation », a résumé l’ancien grimpeur pyrénéen des équipes Mapei et Kelme, qui se glissa sept fois sur dix dans le top 10 de son tour national, dans les années 90.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct