Pour Venanzi, la relation de confiance est rompue

Photo News
Photo News

François Fornieri n’était pas présent parmi la direction liégeoise le 1er novembre lors du succès étriqué signé face à Ostende, pas davantage que lors du déplacement de dimanche dernier à l’Antwerp. Ces deux matches s’étaient disputés juste après le closing, qui constitue la dernière étape d’un investissement, à l’issue de laquelle tous les documents juridiques sont signés, les fonds sont versés par les investisseurs et la transaction est entérinée.

Pour François Fornieri, celle-ci était prévue le 31 octobre, date pour laquelle il aurait dû verser le montant nécessaire pour l’acquisition de 50 % des parts de Bruno Venanzi avec une option pour détenir la majorité de celles-ci. Ce qui n’a pas été fait et a conduit le président du Standard, agacé par le peu de sérieux de la situation, à lui tourner le dos. Cela n’a pas empêché Fornieri d’envoyer un SMS à Venanzi à l’issue du partage arraché sur la pelouse du Bosuil. Avec ces quatre mots : « Voilà un bon point ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct