Un nouvel investisseur pour redresser la barre

Photo News
Photo News

L’arrivée de François Fornieri dans le capital du Standard, annoncée le 3 août dernier avec tambours et trompettes, avait dès le départ suscité des interrogations. Dont celle-ci, essentielle : comment lui et Bruno Venanzi, dont il était prévu qu’ils se partagent à parts égales 99,90 % des actions de la S.A. Standard de Liège, allaient-ils pouvoir cohabiter ? Et fonctionner, en termes de pouvoir et donc de prises de décision ?

Pour bancale qu’elle soit, l’association entre les deux hommes d’affaires liégeois était dictée par le besoin impérieux du club liégeois de soulager des finances bien mal en point et donc pour Venanzi d’ouvrir le capital d’un club qu’il avait acquis à l’été 2015 contre un chèque de 21 millions. La négociation aura donc échoué, déversant un flot de questions sur l’avenir financier du Standard, aujourd’hui bien désemparé.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct