Visites immobilières: en cette période d’incertitude,le cœur des agents balance

Pour l’heure, les visites de biens sont interdites par l’arrêté ministériel, mais vu qu’il ne contient aucune interdiction spécifique, l’IPI a informé ses affiliés qu’ils pouvaient les poursuivre...
Pour l’heure, les visites de biens sont interdites par l’arrêté ministériel, mais vu qu’il ne contient aucune interdiction spécifique, l’IPI a informé ses affiliés qu’ils pouvaient les poursuivre... - pierre-yves thienpont.

Il se passe toujours quelque chose dans le petit monde des agents immobiliers. La semaine qui vient de s’écouler a été, en effet, riche en rebondissements divers.

Tentons de les retracer par ordre chronologique. Le vendredi 30 mars, tandis que la Belgique s’apprête à basculer dans un deuxième (semi-)confinement, un arrêté ministériel est adopté qui prévoit les mesures à prendre. Il sera publié au Moniteur deux jours plus tard, le dimanche 1er novembre, avec effet à partir du lendemain. Pour le secteur immobilier, on y apprend en substance que les bureaux des syndics d’immeubles peuvent rester ouverts mais que la tenue des assemblées générales est interdite, mais aussi que les agences immobilières doivent fermer boutique. « Quant aux visites, rien n’est mentionné, pas une seule ligne ! », regrette-t-on du côté de l’IPI (Institut des professionnels de l’immobilier) qui informe donc ses affiliés qu’ils peuvent poursuivre les visites.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct