Baromètre de la relance: la bombe à retardement des faillites menace la reprise en 2021

Le gouvernement fédéral doit donner aux tribunaux les instruments permettant d’analyser la situation des entreprises et le pouvoir de choisir la procédure à suivre.
Le gouvernement fédéral doit donner aux tribunaux les instruments permettant d’analyser la situation des entreprises et le pouvoir de choisir la procédure à suivre. - Belga

Malgré la mise à l’arrêt d’une bonne partie de l’activité économique au printemps, lors du premier confinement – qui s’est traduite par un effondrement des rentrées financières des entreprises (du cash-flow, comme disent les comptables) – il n’y a pas eu d’explosion du nombre de faillites ou des « crédits pourris » dans les bilans des banques.

Au contraire, sur les dix premiers mois de l’année, les tribunaux ont prononcé 30 % de faillites en moins qu’en 2019. Et, jusqu’ici, le pourcentage de prêts à problèmes (ou non-performing loans, dans le jargon bancaire) est resté stable et bas, aux alentours de 2 % du total de l’encours.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct