Le but contre son propre camp de l’UEFA

Photo News
Photo News

Le football moderne, une dérivation pudique pour ne pas dire « football-business », a changé le paradigme. Depuis l’avènement de la Premier League, en 1992, et son modèle économique, porté à son paroxysme quelques années plus tard par l’arrêt Bosman, qui a élargi son champ de recrutement et donc son bassin d’audience, ce n’est plus le joueur qui est au centre du jeu, mais bien le profit économique. La Premier League a mis au point une stratégie très rémunératrice entre gestion commerciale et droits tv, imitée partout – mais jamais égalée –, avec comme conséquence notable un nombre et une fréquence accrus des matchs. Un vertigineux emballement devenu carrément nocif à cause de la catastrophe virale.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct