Coronavirus – «La vie en pause (saison 2) jour 14»: le cimetière

Jouer du ukulélé sur les tombes, en temps de covid, c’est donc devenu une occupation comme une autre.
Jouer du ukulélé sur les tombes, en temps de covid, c’est donc devenu une occupation comme une autre. - D.R.

Vendredi, il s’est passé un truc incroyable.

On a enterré un ami.

Pas une victime du covid, non, mais du confinement. De la solitude, l’arrêt de tout, la perspective de rien. Au cimetière, nous étions 15. Pour lui dire adieu, le matin, ils étaient 15 aussi, 15 autres. C’est énorme : les pauvres morts d’avril n’avaient droit qu’à 5 copains.

Le timing, c’était une demi-heure. Pas une seconde de plus. Il y a eu un discours, une chanson, un discours, une chanson, un discours, une chanson puis fini. Les suivants attendaient. Pas de café, pas de retour de deuil, il faut y aller maintenant, courage et tout et tout. C’est dur de se recueillir dans la hâte.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct