Coronavirus: la santé mentale particulièrement usée par la 2e vague

Coronavirus: la santé mentale particulièrement usée par la 2e vague
Francois Equeter (st)

La deuxième vague de coronavirus, à l’automne, se révèle particulièrement usante pour la santé mentale des citoyens, ressort-il lundi du deuxième bilan établi par la Centre de prévention du suicide. La crise sanitaire, qui pouvait sembler passagère au printemps, s’inscrit à présent dans la durée, obligeant les personnes à puiser dans des ressources mentales déjà entamées.

L’été avait permis de recharger les batteries. De 8,47 % en juillet, les appels au centre qui mentionnaient directement le Covid-19 comme source de mal-être étaient passés à 6,7 % en août, puis 5,5 % en septembre. Octobre et son reconfinement ont toutefois fait remonter ce chiffre à 9,8 %. Il reste en outre en-deçà de la réalité car « de nombreux bénévoles évoquent le fait que la crise sanitaire impacte directement les appelants mais que ces appelants, par habitude ou usure, ne référencent plus le Covid directement », note le Centre de prévention du suicide (CPS).

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct