L’enseignement en hautes écoles, une réalité pas toujours compatible avec le distanciel

L’enseignement en hautes écoles, une réalité pas toujours compatible avec le distanciel
Pierre-Yves Thienpont.

A la fin du mois d’octobre, les hautes écoles et les universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles passaient en code orange. Un code orange qui sonnait le glas des cours en présentiel pour laisser la place au tout distanciel. Enfin, pour la majorité des étudiants du moins. S’il peut sembler aisé de faire basculer à distance un cours ex cathedra donné dans un auditoire, il l’est beaucoup moins pour un laboratoire de chimie ou encore pour une formation à l’accouchement. Dans les hautes écoles, ces unités d’enseignement font pourtant office de norme. Comme le souligne Anne Bott-Merely, la responsable presse de la Haute école Léonard de Vinci, ces établissements forment « des professionnels qui ont besoin d’acquérir des gestes techniques et des compétences pratiques ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct