Salaires: pour la FGTB, 14 euros de l’heure est un minimum

Thierry Bodson: «On vit à la corde et on ne pourra pas faire face aux besoins nouveaux sans recettes nouvelles». © Mathieu Golinvaux.
Thierry Bodson: «On vit à la corde et on ne pourra pas faire face aux besoins nouveaux sans recettes nouvelles». © Mathieu Golinvaux.

Pour la FGTB, qui dévoile ce mardi l’édition 2020 de son Baromètre socio-économique, « la Sécurité sociale a joué son rôle face à la crise du coronavirus. Mais il y a des bémols », explique Thierry Bodson, le président du syndicat socialiste. Certaines personnes sont tombées entre les mailles du filet. La crise a accentué les inégalités sur le marché du travail et révélé les insuffisances du filet de protection sociale. « Le nouveau gouvernement fédéral a certes cadenassé la dotation d’équilibre de la Sécu et une norme de croissance des dépenses de 2,5 %. C’était nécessaire pour maintenir le niveau de financement actuel, compte tenu du coût du vieillissement et des nouvelles technologies médicales. Mais on vit à la corde et on ne pourra pas faire face aux besoins nouveaux sans recettes nouvelles. Ce qui ne veut pas dire de nouveaux impôts pour ceux qui travaillent », insiste Thierry Bodson. Pour qui, « il faut imaginer d’autres voies, comme la taxe sur les transactions financières ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct