Carnet de bord de l’intensiviste: «Impossible de trouver un lit pour transférer un patient sous ECMO en Belgique»

Sabrina Joachim.
Sabrina Joachim. - D.R.

C’est un vrai casse-tête de gérer les places disponibles aux soins intensifs. Plus que jamais. Le nombre de nouvelles admissions à l’hôpital diminue légèrement. Idem pour le nombre de lits classiques occupés. Mais aux soins intensifs, le taux d’occupation des lits stagne à un niveau très élevé. Et la quantité de travail reste énorme.

Dans nos salles, on avait trois patients sous ECMO (une technique qui permet d’assister les poumons quand ils sont défaillants, NDLR). Or, on n’a pas le nursing suffisant pour les surveiller tous les trois de façon sécuritaire. Il faut se limiter à deux patients sous ECMO. On a donc dû transférer l’un des trois. Dans ce cas de figure, on analyse la balance bénéfice/risque, et c’est le patient le plus stable qui est transféré.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct