Relance européenne: Orbán va au clash pour protéger son régime

Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán.
Le Premier ministre hongrois Viktor Orbán. - REUTERS.

Viktor Orbán avait prévenu dès cet été. Si le respect de l’Etat de droit conditionne le versement de fonds européens, Budapest refusera le budget et le plan de relance européens de 750 milliards d’euros. Lundi, le dirigeant national-populiste s’est tenu à sa parole en disant « nem » comme son allié polonais. Dix jours avant le veto magyar grippant la dynamique enclenchée lors du sommet extraordinaire de la mi-juillet, figures de l’exécutif et médias amis du gouvernement Fidesz dénonçaient un « chantage » destiné à infléchir la politique migratoire de la Hongrie, argumentaire maintenu dans le camp Orbán.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct