Budget européen: l’UE reste ferme vis-à-vis du veto hongrois et polonais

La Pologne et la Hongrie prennent en otage un accord de relance portant sur un montant de 1.800 milliards.
La Pologne et la Hongrie prennent en otage un accord de relance portant sur un montant de 1.800 milliards. - REUTERS.

A ce stade, les pays de l’UE ont répondu sans concession au veto posé lundi par les Hongrois et les Polonais au budget et au plan de relance européens (un total de 1.800 milliards sur les sept prochaines années), parce qu’il est désormais question de conditionner l’octroi des fonds européens au respect de l’Etat de droit. Cette « conditionnalité » fait l’objet d’un texte législatif autonome, sur lequel les deux pays n’ont pas eu de prise, puisqu’il suffisait d’une majorité qualifiée (pondérée) pour l’adopter. Mais le budget et le plan de relance nécessitent l’unanimité, d’où la décision de Budapest et de Varsovie de les prendre en otage.

« Nous ne devons pas craindre cette conditionnalité Etat de droit si tous les Etats prétendent respecter l’Etat de droit. C’est une contradiction simple », ont déclaré les Italiens, mardi, lors d’une réunion entre ministres des Affaires européennes.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct