Justice: prison ferme requise contre le «Madoff belge», Stéphane Bleus

Stéphane Bleus a certes exprimé des regrets et reconnu la vaste escroquerie, mais il a aussi appuyé de lourds sous-entendus contre certaines de ses «victimes».
Stéphane Bleus a certes exprimé des regrets et reconnu la vaste escroquerie, mais il a aussi appuyé de lourds sous-entendus contre certaines de ses «victimes». - D.R.

Pour le dernier réquisitoire de sa carrière de magistrat financier, l’avocat général Jean-François Godbille a fait montre de sévérité à l’endroit de Stéphane Bleus, mercredi devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Il a requis une peine de quatre ans de prison ferme contre celui que la presse a surnommé le « Madoff belge », en référence à l’escroc américain Bernard Madoff. Son complice présumé, le coprévenu Xavier Barnich, pourrait s’en tirer avec une peine de travail si le tribunal suivait ce réquisitoire.

Le ministère public a d’abord tenu à recadrer l’axe de défense du principal prévenu. Le 5 novembre dernier, Stéphane Bleus avait certes exprimé des regrets et reconnu la vaste escroquerie – évaluée au minimum à 10 millions d’euros – mais il avait aussi appuyé de lourds sous-entendus contre certaines de ses « victimes ». En mode : « Mes clients s’adressaient à moi pour blanchir ou évader leurs capitaux ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct