Coronavirus: le confinement change, le Roi s’adapte

Ce mardi, le Roi et la reine visitaient le Centre hospitalier Bois de l’Abbaye à Seraing. Illustration de l’accent qu’ils placent à présent sur le sanitaire.
Ce mardi, le Roi et la reine visitaient le Centre hospitalier Bois de l’Abbaye à Seraing. Illustration de l’accent qu’ils placent à présent sur le sanitaire. - EPA.

La deuxième vague n’est pas la première. Un confinement n’est pas l’autre. Les plus impactés du printemps ne sont pas forcément ceux de l’automne. Alors Philippe, aussi, s’adapte. Adapte plutôt son action. Donc le soutien et la visibilité qu’il veut apporter aux victimes en tous genres de la crise corona et à ceux qui les soignent, les aident ou les encadrent.

Ce jeudi, il se rend ainsi à la prison de Huy, pour « s’informer de l’impact du covid sur le système pénitentiaire, le personnel, les détenus et leurs familles », sachant que les prisons sont aussi soumises à pression par la pandémie. C’est la première fois que le Roi se retrouve ainsi derrière les barreaux – si l’on excepte sa visite l’an dernier au centre pénitentiaire agricole de Ruiselede, un établissement ouvert où les détenus se préparent à leur libération. « Le Roi rend, aussi, visible des situations difficiles peu connues », explique son directeur Médias et Communication, Francis Sobry.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct