Coronavirus: le «deepfake» s’invite à la télévision

Laura Farrugia (à gauche) a adopté par le biais du deepfake le visage de Malika Alaoui (à droite).
Laura Farrugia (à gauche) a adopté par le biais du deepfake le visage de Malika Alaoui (à droite). - France Télévisions

Le phénomène n’a sans doute pas pu vous échapper, tant il a fleuri ces derniers mois sur la toile. D’un côté, votre collègue qui se prend à rêver d’être au casting d’un grand film hollywoodien en apposant sa tête sur celle de Leonardo DiCaprio dans Gatsby le magnifique le temps d’un post Facebook. De l’autre, dans le fil de vos stories Intagram, votre vieille pote de secondaire se prenant pour Britney Spears dans le clip de Toxic. D’abord marginal, le phénomène du « deepfake » ou hypertrucage, une technique de synthèse d’images qui sert à superposer des fichiers audio et vidéo existants sur d’autres vidéos, est ces derniers mois devenu de plus en plus populaire. Comme en témoigne le succès d’applications comme Reface.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct