L’UE refuse la confrontation sur son budget 2021-2027

Dix-sept minutes de la vidéoconférence ont été consacrées à un veto qui pourrait pénaliser l’Union à long terme.
Dix-sept minutes de la vidéoconférence ont été consacrées à un veto qui pourrait pénaliser l’Union à long terme. - AFP.

Les chefs d’Etat et de gouvernement n’ont passé que 17 minutes, lors de leur vidéoconférence, jeudi soir, sur le veto de Budapest et de Varsovie, soutenus par Ljubljana, au budget européen et au plan de relance, un veto posé car ils refusent que l’octroi des fonds soit conditionné par le respect de l’Etat de droit. Ils y reviendront vraisemblablement lors de leur réunion des 10 et 11 décembre. Seuls ces trois pays, plus l’Allemagne (qui tient actuellement la présidence tournante du Conseil de l’UE), seraient intervenus. Et Charles Michel, président du Conseil européen, aurait conclu que la solution devait désormais être trouvée au niveau approprié (avec la présidence tournante). On pourrait en conclure qu’aucun pays n’a envie de s’en mêler et que l’accord ne sera pas substantiellement amendé.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct