Le jour le plus long de Kilian Jornet sur une piste d’athlétisme

Cette piste, Kilian Jornet va la connaître jusqu’au moindre centimètre.
Cette piste, Kilian Jornet va la connaître jusqu’au moindre centimètre. - Salomon

L’idée paraît complètement saugrenue au commun des mortels. Elle l’est nettement moins quand elle émane de Kilian Jornet, l’« ultraterrestre », comme il est surnommé. Un trentenaire catalan au faciès forcément émacié, pas une once de graisse sur un corps sculpté dans la rocaille pyrénéenne, devenu figure tutélaire de l’ultra-trail. Star absolue de la course montagneuse. Le genre qui brise les codes de la normalité, transcende les règles physiologiques et s’amuse avec les limites théoriques de l’être humain qu’il balance bien loin dans la vallée quand il avale crêtes et pitons avec l’assurance d’un chamois effronté. Kilian Jornet, trente-trois ans, c’est dieu dans le domaine. Tout simplement. Triple vainqueur de l’UTMB (l’Ultra Tour du Mont-Blanc, 171 bornes et 10.000 m de D+), le gaillard a également pris l’Everest comme terrain de jeu. Deux fois. À six jours d’intervalle et sans oxygène. Une ligne parmi d’autres dans la myriade de dingueries de cet athlète des sommets, mot définitivement choisi à dessein le concernant.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct