Affaire Mawda: «Si j’avais su qu’il y avait un enfant, je n’aurais jamais brandi mon arme»

Affaire Mawda: «Si j’avais su qu’il y avait un enfant, je n’aurais jamais brandi mon arme»
Photo News

Le policier, auteur du tir qui a tué la petite Mawda lors de la course-poursuite qui s’est déroulée sur l’autoroute E42, la nuit du 16 au 17 mai 2018, a été interrogé par le tribunal correctionnel du Hainaut division de Mons, lundi après-midi. «Avant d’être policier, je suis un être humain. La mort de cette petite fille m’a effondré. J’aurai toujours cette image», a-t-il déclaré. C’est la première fois que le policier s’exprime publiquement depuis le drame.

Le policier a déclaré devant le tribunal qu’il n’avait pas entendu le dispatcheur de la police dire qu’il fallait faire attention car il y avait des migrants dans la camionnette. Il ajoute que les feux et la sirène de son véhicule étaient actionnés.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct