UE: chez les Frugaux, le chantage polonais et hongrois ne passera pas

Mark Rutte, le Premier ministre néerlandais, est sous la pression de son parlement national, qui n’apprécie pas que la solidarité européenne ne garantisse pas le respect des valeurs communes.
Mark Rutte, le Premier ministre néerlandais, est sous la pression de son parlement national, qui n’apprécie pas que la solidarité européenne ne garantisse pas le respect des valeurs communes. - EPA

C’est un sondage qui pourrait faire réagir la présidence allemande du Conseil de l’UE (cénacle des Etats membres), qui serait prête à vouloir céder au chantage de la Pologne et de la Hongrie au sujet du budget européen. Pour rappel, ceux-ci exècrent le lien qui est fait entre octroi des fonds des programmes de l’UE et respect de l’Etat de droit. Selon le Financial Times, l’Allemagne serait prête à promettre que ce mécanisme ne sera jamais déclenché.

Mauvaise idée ? Le European Council of Foreign Relations (ECFR) a sondé les Européens. Ses conclusions sont claires : dans les pays dits « frugaux », c’est-à-dire des pays contributeurs nets au pot commun (Autriche, Suède, Pays-Bas, Danemark et Finlande) qui veulent dépenser le moins possible, « la principale préoccupation des citoyens, dans le contexte du financement de l’UE, est le gaspillage et la corruption dans les pays bénéficiaires ».

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct