Cyclisme: «Le menu hivernal est individualisé», explique Samuel Bellenoue

Pas question pour Guillaume Martin et ses collègues de s’entraîner intensivement dès janvier sous peine d’être « cramé ».
Pas question pour Guillaume Martin et ses collègues de s’entraîner intensivement dès janvier sous peine d’être « cramé ». - Peter De Voecht/Photo news.

La pandémie a bousculé tous les repères temporels auxquels le cyclisme était accroché depuis des décennies, elle l’obligera dans les prochains mois à faire preuve de créativité. Entre les coureurs qui sont déjà remontés en selle (de VTT le plus souvent) et ceux qui profitent de vacances amplement méritées, après une Vuelta qui s’est seulement refermée le 10 novembre, la gestion de la trêve hivernale sera sensiblement différente, d’autant que nul ne sait encore avec clarté et précision où et quand il pourra, en 2021, accrocher un dossard sur son maillot. L’avenir est une inconnue à plusieurs variables, qui va requérir pas mal de souplesse et réactivité de la part des coureurs, managers et entraîneurs, actuellement plongés dans le brouillard automnal.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct