Les Racines élémentaires de Nicolas Bedos: «Mes aînés m’ont appris à ne pas avoir peur du qu’en dira-t-on»

Faire un jour du seul en scène? «Je me suis toujours empêché de le faire. Mais je peux vous le dire: c’est quelque chose que je ferai.»
Faire un jour du seul en scène? «Je me suis toujours empêché de le faire. Mais je peux vous le dire: c’est quelque chose que je ferai.» - DR

ENTRETIEN

L’année, pour Nicolas Bedos, avait bien commencé, avec le succès commercial et critique de son dernier film, La Belle époque, récompensé par trois Césars, mais aussi la fin du tournage d’OSS 117 : Alerte rouge en Afrique noire, film parodique dans lequel il renvoie Jean Dujardin dans les bottes d’Hubert Bonisseur de La Bath.

La suite, on la connaît. La pandémie arrive, le monde est à l’arrêt, chacun se confine, la culture trinque… Nicolas perd coup sur coup son père, son parrain, sa marraine.

Quelques mois plus tard, alors que l’histoire du confinement bégaie, Nicolas Bedos reprend la parole : pour revenir, notamment, sur cette saison en enfer.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct