Syrie, terrorisme, trafic d’armes...: des offshores pour échapper aux sanctions internationales

La famille de dictateurs Assad. Pour se maintenir au pouvoir, elle a bénéficié du soutien d’un cousin, Rami Makhlouf, pointé dès 2008 par le département américain du Trésor comme un «
rouage du régime
». Trésor US qui a gelé ses avoirs américains et placé sur liste noire plusieurs de ses sociétés.
La famille de dictateurs Assad. Pour se maintenir au pouvoir, elle a bénéficié du soutien d’un cousin, Rami Makhlouf, pointé dès 2008 par le département américain du Trésor comme un « rouage du régime ». Trésor US qui a gelé ses avoirs américains et placé sur liste noire plusieurs de ses sociétés. - D.R.

Les campagnes de bombardement par l’armée syrienne de leur propre population civile n’auraient pas été possibles, dénoncent les autorités américaines, sans un réseau de sociétés qui ont contourné les embargos internationaux et fourni à l’armée syrienne le carburant qui a permis aux bombardiers syriens de voler. Or, trois des sociétés incriminées par les Etats-Unis se retrouvent parmi les clients du bureau panaméen d’avocats Mossack Fonseca, qui a permis aux sociétés pointées du doigt de construire et entretenir des filiales offshore aux Seychelles, paradis fiscal de l’océan Indien.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct