Coronavirus: crispations des politiques francophones autour des prises de décisions

Annelies Verlinden (CD&V), ministre de l’Intérieur. © Olivier Matthys.
Annelies Verlinden (CD&V), ministre de l’Intérieur. © Olivier Matthys.

On ne peut pas parler de problème communautaire – et ce n’est pas notre intention. Reste que remontent, du monde politique, de la santé et des experts, côté francophone, pas mal d’échos, voire une crispation, liés à certains aspects de la gestion du covid. Pas de dramatisation à ce stade, mais le signe qu’un recadrage, un rééquilibrage en fait, est nécessaire. Les propos de David Clarinval, mercredi matin, et d’autres libéraux par exemple sont là pour le prouver.

Quels échos ? Quelle crispation ? À écouter la vingtaine d’interlocuteurs de premier plan que nous avons interrogés, ils sont de trois ordres : une concentration du pouvoir aux mains d’un trio ; un manque de concertation ; une certaine flamandisation.

Reprenons.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct