A côté des victimes du coronavirus, d’autres sont laissés sur le bord du chemin

A côté des victimes du coronavirus, d’autres sont laissés sur le bord du chemin
Photo News

On entend beaucoup dire aujourd’hui que nous connaissons tous quelqu’un qui a contracté le covid, ce qui n’était pas le cas lors de la première vague. A bien y regarder, nous avons aussi souvent parmi nos proches, nos voisins ou nos collègues, quelqu’un qui présentait une autre pathologie. Pathologie qui n’a pas été suivie ou détectée à temps.

Appelons-le Jean. Jean avait 70 ans et un sacré tonus. Cet été, alors que les hôpitaux reprenaient leur souffle après avoir contré le premier assaut de la pandémie, un cancer du pancréas a été diagnostiqué. Le crabe a emporté Jean en six semaines.

Rien ne dit que ce cancer aurait pu être neutralisé. Mais un diagnostic posé à temps aurait en revanche donné au patient un « capital chance » très différent.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct