Sur les réseaux, la prime à celui qui gueule le plus fort

Sur les réseaux, la prime à celui qui gueule le plus fort
REUTERS.

Ils sont moins nombreux, mais redoutablement bien structurés. Selon l’étude de l’Université George Washington, les communautés des antivaccins purs et durs sont trois fois plus nombreuses que celles défendant bec et ongles leurs bienfaits. Leur puissance de frappe vient aussi du fait qu’on n’y parle pas que de santé publique, loin de là, mais aussi de la 5G, de Bill Gates, de Soros et, bien sûr, de « Big Pharma ». Un entremêlât de théories du complot qui finissent par faire mouche auprès des indécis, bien plus que les messages « gentillets » avancés dans le camp opposé.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct