Coronavirus: les antivaccins occupent les réseaux sociaux plus que jamais

Les théories du complot ont une fonction «anxiolytique»: elles nous rassurent et nous donnent l’illusion de maîtriser ce qui n’est pas maîtrisable.
Les théories du complot ont une fonction «anxiolytique»: elles nous rassurent et nous donnent l’illusion de maîtriser ce qui n’est pas maîtrisable. - EPA-EFE.

Les annonces de vaccins contre le coronavirus se sont succédé : Pfizer, Moderna, AstraZeneca/Oxford… A chaque fois, elles auront suscité leur vague d’espoir, un emballement sur les marchés financiers. Mais aussi, chez certains, une solide dose de méfiance. A tel point, selon une enquête réalisée début septembre par le bureau d’études Kantar pour le magazine Knack, qu’à peine un Belge sur deux aurait l’intention ferme de se faire vacciner.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct