lesoirimmo

Pour Coluche, Reiser ou Gainsbourg, il était toujours l’heure de s’enivrer

11 mars 1984: Gainsbourg brûle un billet de 500 francs français en direct à la télé.
11 mars 1984: Gainsbourg brûle un billet de 500 francs français en direct à la télé. - D.R.

C’était hier. Il y a quarante ans. Il y a une éternité. En ce temps-là, les artistes, les caricaturistes, les humoristes, la télévision, la publicité, la pop music connaissaient une libération sans mesure. Aux lendemains de mai 68, la société découvrait les saveurs, les ivresses, et parfois les excès de la liberté.

Un livre, publié au cœur de cet automne dépressif, vient utilement – et un peu cruellement, aussi – rappeler l’âge d’or d’une époque que nombreux jugeaient alors formidable, gaie, gourmande et festive.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct