Coronavirus: il faudrait «un miracle» pour que les règles soient assouplies avant les fêtes

Frank Vandenbroucke, le ministre de la Santé, ne croit pas aux miracles, même à Noël...
Frank Vandenbroucke, le ministre de la Santé, ne croit pas aux miracles, même à Noël... - Belga.

Il serait inapproprié de parler de contradiction entre ministres au lendemain du Comité de concertation, mais nous dirons que les tonalités sont un peu divergentes, si rapidement après la décision de conserver une fermeté certaine pour les fêtes de fin d’année.

Tout commence par une déclaration de Sophie Wilmès, vice-Première libérale, peu connue pour les propos incendiaires. « Je garde l’espoir que la situation sanitaire nous permette de réenvisager les choses, même si cela n’a pas l’air d’être le cas », a-t-elle indiqué dans la DH, ce week-end. Malgré l’atténuation en fin de phrase, beaucoup ont vu dans ces propos une éventuelle soupape, qui permettrait un assouplissement des mesures avant Noël, soit en autorisant la réouverture des commerces encore fermés, soit en augmentant la jauge des rassemblements lors des réveillons.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct