L’Allemagne demande pardon à ses soldats homosexuels victimes de discrimination

«Nous avons été agréablement surpris de l’engagement de la ministre» assure le lieutenant Swen Bäring, président de l’association «QueerBw» représentant les employés non hétérosexuels (LGBT) dans la Bundeswehr. © Die Welt.
«Nous avons été agréablement surpris de l’engagement de la ministre» assure le lieutenant Swen Bäring, président de l’association «QueerBw» représentant les employés non hétérosexuels (LGBT) dans la Bundeswehr. © Die Welt.

Etre homosexuel dans la Bundeswehr (armée allemande) a été un motif de licenciement jusqu’en l’an 2000. Pour faire carrière, les soldats qui aimaient les hommes ont dû longtemps « garder leur secret » pour ne pas se retrouver à la rue. Au moindre soupçon, ils pouvaient tout perdre.

Même leur compétence était remise en cause. Il n’était pas question pour l’état-major de leur confier des postes à responsabilité ou un quelconque commandement. Il y a encore 20 ans, le ministre de la Défense, le social-démocrate Rudolf Scharping, émettait lui aussi des doutes sur leur aptitude à défendre le pays ! « Les homosexuels étaient considérés comme un risque pour la sécurité. Cela rendait impossible toute carrière aux officiers et sous-officiers », rappellent les historiens du Centre d’histoire militaire de la Bundeswehr (ZMS-Bw) dans leur rapport « Tabou et tolérance » sur les conditions des homosexuels dans l’armée entre 1955 (date de sa création) et 2000.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct