Les livraisons à vélo ont la cote en temps de covid

Si la livraison à vélo est pertinente d’un point de vue environnemental, pour être efficaces et compétitives vis-à-vis des géants du web, les sociétés doivent faire preuve d’une organisation informatique et logistique bien rodée.
Si la livraison à vélo est pertinente d’un point de vue environnemental, pour être efficaces et compétitives vis-à-vis des géants du web, les sociétés doivent faire preuve d’une organisation informatique et logistique bien rodée. - Bruno Dalimonte.

Le top départ des achats de fin d’année a été donné dans de nombreux foyers et avec lui d’autres courses, celles des livreurs à vélo. De nombreuses sociétés de coursiers deux-roues ont vu leur demande de livraisons aux particuliers exploser ces derniers temps, de quoi compenser les pertes liées à leur activité habituelle. « Depuis le mois de mars, nos activités B2B (entreprises à entreprises) à destination des entreprises sont pratiquement à l’arrêt. En revanche, nous observons un boom des activités B2C (entreprises vers particuliers), des commerces bruxellois nous sollicitent pour livrer leurs colis. C’est un potentiel que nous avions sous-estimé. Nous sommes à 300 courses par jour en ce moment, uniquement avec quelques clients. Notre volume de livraisons a triplé, voire quadruplé », explique Philippe Lovens, cofondateur de la coopérative Urbike.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct