Julien Tassin: «Je ne cherche pas la mélodie, elle doit venir d’elle-même»

«Je suis très attiré par la musique expérimentale, même le noise, que je ne joue pas mais qui m’inspire énormément.»
«Je suis très attiré par la musique expérimentale, même le noise, que je ne joue pas mais qui m’inspire énormément.» - Lucinde Wahlen.

A l’écoute de Moondancer, la première chose qui me frappe, c’est la sonorité de la guitare. Très années 60. Le son clair des Shadows. Légèrement réverbéré. Je me sens revenu à mon adolescence à absorber, émerveillé, les notes de la Fender de Hank B. Marvin, avec ici, cependant, un groove plus jazz. Par la suite, j’ai évolué et aimé bien d’autres groupes, de blues, de rock, de jazz, mais je n’en ai pas moins conservé un souvenir ému de ces Ombres, que j’avais réussi à voir aux Beaux-Arts de Bruxelles qui étaient loin de s’appeler Bozar à l’époque.

Julien Tassin et son danseur à la lune m’injectent une forte dose de nostalgie. Mais il n’y a pas que ça dans sa musique. Si elle est inscrite dans la tradition, elle explore aventureusement les formes contemporaines du jazz et même d’autres musiques.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct