Dès que le vent soufflera...

Renaud en 1994
Renaud en 1994

La Closerie des Lilas, sur le boulevard Montparnasse, est la brasserie préférée de Renaud. Il habite dans le coin et c’est là qu’il tient ses quartiers, qu’il voit ses potes, qu’il discute de son nouvel album habillé d’une jolie boîte en fer-blanc « de jadis ». En prenant son temps. Quand on vient de Bruxelles pour lui tailler une bavette, ça vaut bien la peine d’avoir l’amabilité de ne pas regarder sa montre. Les journées promo ont beau être chargées quand on ne veut pas privilégier la presse parisienne, cela mérite bien « quatre-vingt-dix » minutes consacrées à parler de tout, en toute franchise, en éludant aucune question. Renaud, en interview, comme dans la vie, l’a toujours jouée honnête, quitte à regretter plus tard d’avoir ouvert sa gueule à tort et à travers. Avec l’âge d’ailleurs, vient le temps des nuances et de la sagesse.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct