Portrait: Renaud, fils de Villon et de Brassens

- AFP/FRANCOIS GUILLOT

Renaud a choisi la guitare/

Et la poésie et les mots/

Comme des armes un peu dérisoires/

Pour fustiger tous les blaireaux/

C'est ainsi que se définissait Renaud Séchan, dans sa chanson autobiographique « Docteur Renaud, Mister Renard ». On ne peut autrement résumer celui qui, issu d'un milieu plutôt aisé, a tout de suite rejoint le camp des titis populos, amoureux de verlan, de mobylettes et d'amours véritables. Tel un héros de Vuillemin sur lequel il décalque son Gérard Lambert, Renaud a passé sa vie à chanter sa vie et le monde. Sa vie telle qu'elle va, mal ou bien. Le monde tel qu'il tourne, plutôt mal.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct