Iran: la VUB se bat depuis 2016 pour la libération du professeur Djalali

Le professeur irano-suédois a perdu plus de 20 kilos durant ses quatre années et demie de détention dans les geôles iraniennes.
Le professeur irano-suédois a perdu plus de 20 kilos durant ses quatre années et demie de détention dans les geôles iraniennes. - Belga.

Portrait

On parle beaucoup d’Ahmadreza Djalali ces derniers jours, mais on ne sait pas grand-chose sur ce médecin urgentiste irano-suédois qui a été professeur invité à la VUB, l’équivalent néerlandophone de l’ULB. Si on parle beaucoup de lui, c’est surtout parce qu’il devait être exécuté cette semaine en Iran. Et aussi parce que le gouvernement iranien l’utilise probablement comme monnaie d’échange contre la libération d’un ou de plusieurs Iraniens poursuivis en Belgique pour la tentative d’attentat avortée contre le rassemblement de l’opposition radicale (Moudjahidine du peuple) à Villepinte le 30 juin 2018. (Le Soir du 1/12)

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct