Coronavirus: six mois de «tracing»... et toujours des ratés

Les agents des «call center» sont aujourd’hui en mesure de faire mieux leur boulot, soit casser rapidement les chaînes de transmission en identifiant puis en prévenant les personnes en contact avec un porteur confirmé. Mais il y a encore des ratés.
Les agents des «call center» sont aujourd’hui en mesure de faire mieux leur boulot, soit casser rapidement les chaînes de transmission en identifiant puis en prévenant les personnes en contact avec un porteur confirmé. Mais il y a encore des ratés. - Pierre-Yves Thienpont.

Tester-tracer-isoler. Au centre du triptyque mis sur pied pour lutter contre le covid, une stratégie de « suivi des contacts » belge – et régionalisée – fortement critiquée depuis le début de la crise. « En proie à l’ennui » cet été, « débordés » en octobre, les agents des « call centers » et ceux déployés sur le terrain sont-ils aujourd’hui en mesure de faire mieux leur boulot, soit casser rapidement les chaînes de transmission en identifiant puis en prévenant les personnes en contact avec un porteur confirmé ? La réponse est oui, selon les responsables, mais il y a encore des ratés. Et de la marge pour se perfectionner.

1

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct