La chronique «Détours wallons»: affaires de ceintures

La chronique «Détours wallons»: affaires de ceintures

Monsieur le ministre bruxellois de l’Environnement, cher Alain Maron,

Je m’en voudrais de retourner la binette dans le potager et la charrue dans le champ de patates, mais permettez-moi de profiter de l’espace qui m’est offert ici pour revenir sur votre très furtive proposition visant à acheter de bonnes terres agricoles wallonnes pour approvisionner les bouches de la capitale en produits de qualité issus d’une agriculture de proximité, les terres du Brabant flamand et du Brabant wallon pour faire bref.

Votre boulette façon bruxelloise a manqué de faire s’étouffer tout ce que la Wallonie compte d’élus issus de la ruralité et de défenseurs du monde agricole. Et la récolte des critiques n’est pas terminée : comme l’ont prouvé de récents débats au parlement de Namur, vous êtes placé sous haute surveillance politique comme le lait (bio) sur le feu.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct