Supprimer les assises? «Gare au risque d’une condamnation devant la cour des droits de l’Homme», avertit Benoît Frydman

Pour Benoît Frydman, «on n’intervient pas dans un débat politique au moment où l’on règle une affaire.»
Pour Benoît Frydman, «on n’intervient pas dans un débat politique au moment où l’on règle une affaire.» - DR.

Benoît Frydman, chercheur au Centre Perelman de philosophie du droit et professeur de Droit à l’ULB, a peu apprécié la sortie, par le biais d’une « carte blanche » publiée dans Le Soir de ce lundi, du procureur fédéral Frédéric Van Leeuw, soutenu par l’ensemble des procureurs généraux du pays, pour qui il faut supprimer la cour d’assises. « Les lois sont parfois issues d’événements marquants qui sont l’occasion ou le révélateur de besoins de changements », écrit-il notamment dans celle-ci, en faisant référence au procès des attentats du 22 mars.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct