lesoirimmo

La lettre d’Ivan De Vadder: «On nous a pris Bruxelles»

La lettre d’Ivan De Vadder: «On nous a pris Bruxelles»
BELGAIMAGE

A Gand, une minuscule maisonnette située au Quai des Herbes, le long de la Lys, est un témoin solitaire d’un passé souvent oublié dans l’actuelle Europe de libre circulation de services et marchandises. La Maison du Tonlieu servait de bureau aux percepteurs municipaux pour « y payer le tonlieu établi sur les blés ». Egalement à Bruxelles, « à la fin du XVe siècle, le vicomte de Bruxelles avait un péage important sur le pain, la viande et la bière », raconte l’historien Bram Vannieuwenhuyze, dans la dissertation pour obtenir son diplôme de docteur. Vannieuwenhuyze doit avouer que « sur les péages dans le Bruxelles médiéval, peu est connu » ; même s’il signale encore qu’« en 1204, le duc de Brabant remit aux armes de l’hôpital Sint-Jan les revenus du péage sur le bois qu’il percevait à Bruxelles ». Dans nos parages, un péage, même pour simplement entrer dans une ville par une route ou un cours d’eau, était d’usage.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct