Justice: la prison en attendant un trop rare expert judiciaire

BELGA.
BELGA.

C’est un jeune Serésien terminant ses études supérieures, qui aurait mieux fait d’éviter, le mois dernier, d’aller commenter un article sur Facebook relatant une agression sexuelle. Il avait écrit « regretter » le fait que la victime ait été court-vêtue, et son très inopportun commentaire avait suscité de vives réactions. Énervé, il avait répondu en tenant des propos de plus en plus provocants, misogynes et menaçants ; peu après, il était déféré devant un juge d’instruction qui l’a placé sous mandat d’arrêt. Le magistrat souhaite avoir ses apaisements en le faisant examiner par un expert psy, pour voir s’il est dangereux ou s’il a juste « pété les plombs » devant son ordi. Mais depuis un mois, il n'en a pas rencontré.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct