A Bruxelles, «la crise a servi d’électrochoc» pour la sauvegarde des espaces verts

La friche Josaphat incarne pour l’instant le combat qui se joue à Bruxelles entre densification et préservation des espaces verts existants.
La friche Josaphat incarne pour l’instant le combat qui se joue à Bruxelles entre densification et préservation des espaces verts existants. - Eric Herchaft

Actuellement, pas moins de 264.000 Bruxellois vivent dans une zone dite « de carence » en espaces verts. Cela signifie platement qu’un peu moins d’un quart des habitants de la capitale résident à au moins 8 minutes à pied d’un espace vert public de plus d’un hectare. Ce constat repris dans le diagnostic rédigé par perspective.brussels (l’ex-Bureau Bruxellois de la Planification) à l’aune de la première vague du Covid résonne aujourd’hui différemment qu’il y a un an. Là où l’enjeu ne fut peut-être pas assez considéré dans le passé, « la crise a servi d’électrochoc, » promet désormais Tom Sanders, directeur de la « Stratégie territoriale » au sein de l’administration régionale, dans un entretien accordé au Soir.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct