lesoirimmo

Etat de droit: les eurodéputés opinent mais restent méfiants

Ursula von der Leyen l’a promis mercredi aux eurodéputés: le règlement introduisant le mécanisme «sera appliqué à partir du 1er janvier. Aucun cas ne sera perdu»
Ursula von der Leyen l’a promis mercredi aux eurodéputés: le règlement introduisant le mécanisme «sera appliqué à partir du 1er janvier. Aucun cas ne sera perdu» - AFP

Les eurodéputés ont accepté d’accorder le bénéfice du doute à la Commission européenne au sujet de la défense de l’Etat de droit grâce aux fonds européens. Ils apprécient toutefois peu que pour lever le veto hongrois et polonais, le Conseil européen (niveau des dirigeants) ait accepté en substance de n’activer le mécanisme qui lie octroi des fonds et respect de cet Etat de droit que lorsque la Cour de Justice de l’UE aura rendu son verdict sur la légalité de l’édifice, à condition que Varsovie et Budapest tiennent leur promesse de l’y attaquer.

« La Commission n’a aucune discrétion pour retarder une législation (adoptée, NDLR) », a estimé l’eurodéputée néerlandaise Sophie in’t Veldt (groupe des libéraux et démocrates), lors d’un débat mercredi matin. « Nous vous avons donné notre confiance il y a un an, nous attendons que vous agissiez comme gardienne des traités », a-t-elle lancé à la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct