Brexit: il ne reste plus que «quelques heures utiles»

«Je ne peux pas dire quelle sera l’issue de cette dernière ligne droite», a avoué Michel Barnier, vendredi matin devant les eurodéputés.
«Je ne peux pas dire quelle sera l’issue de cette dernière ligne droite», a avoué Michel Barnier, vendredi matin devant les eurodéputés. - Reuters

Prêts ! Les Européens ont bouclé vendredi leurs préparatifs, face au risque toujours pressant d’un « no deal » dans la délicate négociation post-Brexit avec le Royaume-Uni. Les députés européens ont adopté plusieurs dispositions destinées à atténuer les effets d’une rupture radicale, notamment dans les secteurs du transport.

Le contraste est ainsi évident, entre les deux côtés de la Manche. A Bruxelles, même sur le qui-vive, l’heure est à l’approbation de mesures pratiques. A Londres, Boris Johnson joue sa carrière politique… Le Premier ministre britannique devrait encore faire un choix cornélien. Posture nationaliste jusqu’au-boutiste ? Ou concessions pour toper avec l’UE, atténuer la catastrophe économique d’un « Brexit économique » sans accord… et risquer de révolter des Brexiteers ?

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct