Peste, choléra et variole: toutes ces fois où les vaccins ont changé l’histoire

Gaston Mélingue (1839-1914), Jenner inoculant la vaccine.
Gaston Mélingue (1839-1914), Jenner inoculant la vaccine. - DR

C’était une chose d’affronter des ennemis à ciel ouvert (quand ça arrivait encore), des ennemis qui se trouvaient là, de l’autre côté de la plaine et dont on pouvait, même à l’œil nu, évaluer le potentiel offensif. Mais c’en est une autre d’affronter un ennemi invisible, venu d’on ne sait où et frappant au hasard, épargnant une communauté pour en exterminer une autre. On peut comprendre qu’en des temps reculés, un tel mal était attribué à la volonté des dieux, désireux de venger une offense ou encore de punir une faute. D’ailleurs, même aujourd’hui, au XXIe siècle, certains mettent encore en cause la divinité ou invoquent sa protection. Œdipe erre dans les rues de Thèbes, frappée par la peste, en se demandant quelle insulte a été faite aux dieux. Il découvrira trop tard que c’est lui qui a offensé le ciel, car il a tué son père à son insu et a couché avec une femme qui n’était autre que sa mère.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct