Après le référendum néerlandais, Jean-Claude Juncker est «triste»

Le président de la Commission le voit
: l’Europe a mauvaise presse. © PYT.
Le président de la Commission le voit : l’Europe a mauvaise presse. © PYT. -

Jean-Claude Juncker est « triste »  : c’est le porte-parole de la Commssion européenne, Margaritis Schinas, qui l’a dit jeudi midi, en réponse à une question sur les états d’âme de son patron au lendemain de la victoire du non au référendum néerlandais. La consultation populaire portait officiellement sur l’accord d’association UE-Ukraine, mais en réalité c’était un vote pour ou contre l’Europe. Le taux de participation a été de plus de 30 % – niveau minimum pour la validation du référendum – et le non l’a emporté avec quelque 61 % des voix.

Les eurosceptiques de tout poil, l’extrême droite et la gauche radicale ont du reste crié victoire :« Il s’agit d’une nouvelle motion de défiance du peuple contre les élites de Bruxelles et de La Haye », s’est exclamé Geert Wilders.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct