Robert Hossein, mort d’un homme-spectacle

Robert Hossein lors d’une cérémonie religieuse en hommage à Roger Hanin en la synagogue Buffault, le 12 Fevrier 2015, Paris, France.
Robert Hossein lors d’une cérémonie religieuse en hommage à Roger Hanin en la synagogue Buffault, le 12 Fevrier 2015, Paris, France. - Photo News

Étrange parcours que celui de Robert Hossein, né le 30 décembre 1927 et mort le 31 décembre 2020 au lendemain de son 93e anniversaire. Fils d’un compositeur azéri et d’une comédienne juive, il avait décidé de se convertir au catholicisme à cinquante ans. Comme comédien, il avait tourné des dizaines de films mais on ne retient de lui qu’un seul rôle, celui de Joffrey de Peyrac dans Angélique, marquise des anges. Et, alors qu’il a réalisé une quinzaine de films et mis en scène une quarantaine de pièces de théâtre, on ne se souvient que des spectacles géants et mégalomanes qu’il a consacrés à Danton et Robespierre, Jésus, de Gaulle ou Ben Hur…

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct