Un goût de voyage sans retour

Viola Ardone est diplômée de lettres.
Viola Ardone est diplômée de lettres. - D. R.

L’initiative émanait du parti communiste et visait à offrir aux enfants du sud de l’Italie, dans l’immédiate après-guerre, un autre quotidien que ceux qui étaient le leur, fait de pauvreté et de misère : ceux-là étaient acheminés en train vers le Nord de la péninsule, dans des familles plus aisées, aptes à leur offrir une autre éducation, un autre horizon, et pourquoi pas un avenir.

Voilà pour ce qu’il en est du contexte historique dans lequel s’ancre Le Train des enfants.

Amerigo est de ceux-là, appelé à quitter sa ville natale de Naples, ses « basso » et sa maman qui l’élève seule, pour s’arracher à ses racines et découvrir une autre vie, au bout du chemin ferroviaire. Là où l’attend un autre foyer. Avec Mariuccia et Tommasino, ses copains du quartier, les voilà embarqués, puis rassemblés comme de la simple marchandise dans le hall de la gare afin que les familles d’accueil puissent faire leur choix dans le dernier arrivage, comme au marché.

Vous désirez lire la suite ?
1€ le 1er mois
(sans engagement)
J'en profite
Chargement
A la une
Tous

En direct

Le direct